O Opinion

Société

Restaurer la confiance dans les médias, pour sauver la démocratie

Professeur de psychologie et directrice des affaires publiques internationales Ipsos

La défiance vis-à-vis des médias, mesurée enquête après enquête, ouvre une nouvelle ère du soupçon où prospère le complotisme et menace la démocratie. Un sursaut est nécessaire. Il est urgent d’agir pour éviter l’enlisement, de sombrer collectivement dans un cercle vicieux où la défiance nourrit l’ignorance, l’ignorance nourrit le rejet, et le rejet aboutit à la désignation de boucs émissaires. Assumons de dire que oui, nos démocraties sont malades, mais que non, nous ne nous en sortirons pas en nous contentons de blâmer puis lyncher les élites.

Régulièrement, de nouveaux chiffres choc, ou de nouvelles polémiques nous donnent l’occasion de constater la profondeur du fossé qui se creuse entre le « peuple » et les « élites », notamment les responsables politiques et les médias. Nous déplorons alors à l’unisson cette défiance qui fracture la démocratie, nous nous lamentons sur notre sort de démocrates incompris, nous promettons d’agir avec intégrité, de « dire la vérité », nous nous épuisons en « pédagogie » et en  fact-checking … pour un résultat, il faut le dire, pour le moins contrasté.

publicité

La dernière étude IPSOS menée dans 26 pays vient illustrer, s’il le fallait encore, l’ampleur du malaise démocratique. Elle apporte cependant quelques informations qui invitent à l’optimisme. Certes, de manière générale, les « médias » font l’objet d’une défiance très forte dans la plupart des pays. Mais le degré de confiance accordé par nos concitoyens à leurs sources d’information varie selon la catégorie de média : la télévisio...

Grégoire Borst et Najat Vallaud-Belkacem

Professeur de psychologie et directrice des affaires publiques internationales Ipsos