Société

Mais que font les psychanalystes ?

Psychanalyste, Philosophe

La controverse qui secoue le monde de la psychanalyse suite aux récentes tribunes publiées dans Le Monde et Libération à propos de la pensée décoloniale révèle que la discipline fait aujourd’hui l’objet de nombreuses idées reçues. N’est-il pas temps de s’allonger et de réfléchir à ce que la psychanalyse peut apporter aux débats de société ? (Un article qui aurait dû voir le jour dans feu Les Temps Modernes, et qu’AOC accueille chaleureusement à l’occasion du Salon de la Revue).

On connaît la plaisanterie : « Que font deux trotskystes quand ils se rencontrent ? Un schisme. Et deux staliniens ? Une purge ! » On peut avoir l’impression qu’elle vaudrait tout aussi bien pour la psychanalyse, qui ne manque pas de querelles. Rares sont celles cependant qui arrivent jusqu’aux rivages du débat public. Et plus rares encore celles qui le font en ayant pour enjeu une certaine idée de ce qu’est la psychanalyse, de la manière dont elle habite le monde culturel, politique et scientifique, et de ce qu’elle peut y apporter.

Il arrive que des psychanalystes s’expriment, à titre d’experts, comme si la psychanalyse disait ses vérités. Il arrive aussi que la psychanalyse soit attaquée ou défendue au titre de ses bienfaits ou méfaits sur les personnes qui s’y confient. Mais presque jamais les querelles internes à la psychanalyse, les disputes sur sa définition et son sens même, n’arrivent à remplir les colonnes des journaux. Tout se passe comme si celle-ci était devenue une sorte de boîte noire, à prendre ou à laisser.

Cela n’est que le symptôme d’une invisibilisation plus générale de la psychanalyse dans l’espace public. Après avoir été au cœur de la culture intellectuelle et populaire d’une bonne partie du xxe siècle, dans plusieurs régions du monde, la psychanalyse passe pour une vieille tante dont on n’est pas sûr de savoir si elle est toujours vivante ou déjà enterrée. Ainsi, la magnifique exposition du Quai Branly de 2016, Persona, réalisée par deux des plus brillants anthropologues français d’aujourd’hui, pouvait déployer la diversité des dispositifs utilisés par les humains pour capter de la personnalité, et ne pas réserver ne serait-ce qu’un coin de salle pour un minuscule divan…

La psychanalyse était simplement oubliée ; on n’y pense plus. C’est bien dommage. Car, contrairement à ce qu’on imagine parfois, les psychanalystes restent nombreux – et nombreuses ; nombreuses aussi les personnes qui vont les consulter, plus ou moins silencieusement, avec pl


[1] Voir Sylvie Taussig, « De l’islam politique à la théologie musulmane de la libération », Les Temps Modernes, 2018/4, n°700 et « L’islam, décolonisateur du monde ? », The Conversation, 18 juillet 2018.

[2] Voir par exemple Meera Nanda, « Postmodernism, Hindu nationalism and ‘Vedic science’ », Frontline, The Hindu vol. 21/1, 2004, ainsi que les interventions de Divya Dwivedi et Shaj Mohan.

[3] La collection « Anthropocène » du Seuil, créée et dirigée par Christophe Bonneuil, a publié deux livres caractéristiques de cette orientation : Arturo Escobar, Sentir-Penser avec la Terre, L’écologie au-delà de l’Occident, Paris, Seuil, 2018 et Malcolm Ferdinand, Une écologie décoloniale, Penser l’écologie depuis le monde carribéen, Paris, Seuil, 2019.

Silvia Lippi

Psychanalyste

Patrice Maniglier

Philosophe, Membre du comité de rédaction des Temps Modernes

Rayonnages

Société

Notes

[1] Voir Sylvie Taussig, « De l’islam politique à la théologie musulmane de la libération », Les Temps Modernes, 2018/4, n°700 et « L’islam, décolonisateur du monde ? », The Conversation, 18 juillet 2018.

[2] Voir par exemple Meera Nanda, « Postmodernism, Hindu nationalism and ‘Vedic science’ », Frontline, The Hindu vol. 21/1, 2004, ainsi que les interventions de Divya Dwivedi et Shaj Mohan.

[3] La collection « Anthropocène » du Seuil, créée et dirigée par Christophe Bonneuil, a publié deux livres caractéristiques de cette orientation : Arturo Escobar, Sentir-Penser avec la Terre, L’écologie au-delà de l’Occident, Paris, Seuil, 2018 et Malcolm Ferdinand, Une écologie décoloniale, Penser l’écologie depuis le monde carribéen, Paris, Seuil, 2019.