O Opinion

Politique

Deux mythes nationalistes bloquent notre réflexion sur l’identité française

Sociologue

Au fur et à mesure que les nations se racontent, des mythes hors-sol en dessinent les contours, s’érigeant en frontières tant symboliques que tangibles, tant culturelles que géographiques. En France, deux mythes, l’un de droite, l’autre de gauche, empêchent de penser le pluriel, la diversité, le métissage, ainsi que les discriminations.

Toute société a ses mythes fondateurs, parfois aussi son roman national c’est-à-dire l’histoire de ses origines qu’elle se raconte à elle-même en mettant en exergue des éléments qui la caractériseraient de façon consubstantielle, de façon à donner à ses membres un imaginaire commun qui transcende leurs différences culturelles, politiques et sociales. Mais ces mythes peuvent être en décalage très important avec la réalité, voire totalement faux. En France, tous les débats sur l’immigration, l’islam, la laïcité ou encore le multiculturalisme sont ainsi faussés en partie ou en totalité par le poids de deux très vieux mythes devenus aussi des idéologies politiques, l’une qui structure plutôt la droite autour du mythe de la « Nation » et/ou de la « Civilisation », l’autre – moins connue – qui structure plutôt la gauche autour du mythe de la laïcité républicaine.

Les icônes nationalistes : l’exemple de Vercingétorix

Pierre Sautarel, fondateur du site « Fdesouche », leader de la « fachosphère », porte un médaillon représentant Vercingétorix autour du ...

Laurent Mucchielli

Sociologue , Directeur de recherche au CNRS