O Opinion

Politique

Grandeur et vicissitudes de la pandémie

Sociologue

Au-delà des rodomontades et vilénies des Trump, Bolsonaro et de leurs partisans, l’expérience inattendue et quasi universelle de rupture de l’ensemble des routines qui rythmaient le quotidien a fait ressortir deux propriétés politiques : l’asymétrie instaurée entre la parole de gouvernants et celle des gouvernés est devenue insupportable ; l’humanité forme désormais un espace public commun.

Difficile de ne pas observer par ces temps incertains que quelque chose a changé dans l’atmosphère politique dans laquelle nous évoluons. Pour certains, en pire ; pour d’autres, en mieux. Pour les premiers, elle est devenue nauséabonde, infestée par la défiance vis-à-vis des gouvernants, le mépris de la science ou l’individualisme de ceux et celles qui refusent d’appliquer les règles collectives dictées par l’évidence sanitaire.

publicité

Et il est vrai qu’il y a tout lieu d’être écœuré par les images de ces milices armées et haineuses occupant les marches du Parlement du Michigan puis en y pénétrant pour quelques instants ; ou de ce rassemblement de protestataires alignés à distance réglementaire pour réclamer le retour à la liberté à Stuttgart ; ou de ces foules qui se pressent sans masques et en s’embrassant pour soutenir la dénonciation, par Bolsonaro, des mesures de confinement décidées dans des régions et des villes dévastées par la Covid-19 ; ou de ces poses délibérém...

Albert Ogien

Sociologue, Directeur de recherche au CNRS – CEMS