Albert Ogien

Sociologue, Directeur de recherche au CNRS – CEMS

Albert Ogien est sociologue, directeur de recherche au CNRS et enseignant à l’EHESS. Ses premières recherches portaient sur la psychiatrie et la déviance (Sociologie de la déviance, PUF, 2018). Il s’est ensuite intéressé à la transformation de l’ordre du politique par les techniques de management fondées sur la quantification de l’action publique (Le raisonnement gestionnaire, Ed. de l’EHESS, 1995 ; Désacraliser le chiffre, Quaé, 2013). Depuis dix ans, il a entrepris, en compagnie de la philosophe Sandra Laugier, une enquête sur l’expérience de la démocratie, en analysant les actes de désobéissance civile (Pourquoi désobéir en démocratie ?, La découverte, 2010), la vague d’occupations de places à la suite des révolutions du « printemps arabe » (Le Principe démocratie, La Découverte, 2014) et l’intervention de la « société civile » en politique (Antidémocratie, La Découverte, 2017).

Ses publications sur AOC

mercredi 22 .08

Analyse

Steve Bannon, face au vieux monde (2/2)

par Albert Ogien

Le débarquement de Bannon sur le sol européen rend un peu d’actualité à une question oubliée : la banalisation de l’attitude fasciste conduit-elle à rendre acceptable l’instauration d’une société totalitaire ? Et au-delà de la prise de conscience du mouvement voulu par l’ancien conseiller de Trump, qu’est-ce que cela révèle des enjeux de l’Union européenne ?

mardi 21 .08

Analyse

Steve Bannon, un léger parfum de fascisme (1/2)

par Albert Ogien

Qui est donc Steve Bannon, cette figure de l’alt-right américaine qui vient se mêler de nos élections en offrant son expérience à l’extrême-droite européenne ? Fort d’un discours brutal et décomplexé, c’est avec le suffrage universel qu’il entend détruire les démocraties occidentales. À quel point doit-on s’inquiéter du relent de fascisme que l’on sent poindre sur les élections européennes de mai 2019 ?

mercredi 14 .03

Opinion

Cinq étoiles ou l’extension de la démocratie

par Albert Ogien

Un « séisme », c’est sans doute le terme le plus couramment employé pour décrire l’arrivée en première position du Mouvement Cinq Étoiles lors des élections générales en Italie la semaine dernière. Un terme à la hauteur de la surprise et de l’inquiétude de beaucoup de commentateurs. Et si cela ne venait simplement montrer que les démocraties ne semblent pas encore prêtes à se laisser bousculer par leurs citoyens ?

lundi 29 .01

Opinion

Le prix de la légitimité, retour sur Notre-Dame-des-Landes

par Albert Ogien

Loin de ne concerner que les zadistes, le sort réservé prochainement aux 1 650 hectares de terres rendues disponibles, après la décision gouvernementale de renoncer à l’aéroport, nous informera sur le type de démocratie défendu par le gouvernement.