Société

Rien n’est plus sérieux que l’émotion

Sociologue

De la colère au ressentiment, de l’indignation à la peur, les émotions collectives déterminent largement la nature du débat public et les formes des mobilisations sociales. Jusqu’à pousser des « entrepreneurs d’émotions » à manipuler les affects de citoyens amers. Mais, comme l’ont défendu Dewey et Bourdieu, les émotions restent des processus biologiques façonnés par des conditions culturelles. Il s’agit donc de faire des émotions, et de l’éducation qui les accompagne, un enjeu démocratique décisif.

« Rien n’est plus sérieux que l’émotion, qui touche jusqu’au tréfonds des dispositifs organiques. » (Pierre Bourdieu)

 

Nous sommes témoins tous les jours de grandes manifestations d’émotions collectives : dans les stades, les rassemblements festifs, les rituels religieux, les réunions publiques, les meetings politiques, les commémorations, les manifestations de rue, les guerres et les conflits interethniques, les situations de crise, etc. Les émotions qui y sont partagées sont de toutes sortes : joie, fierté, douleur, compassion, rancœur, dégoût, peur, colère, indignation, envie, haine, vengeance, ressentiment, etc. Le partage d’émotions y prend aussi des formes différentes, plus ou moins expansives, plus ou moins débridées, parfois violentes. Il peut relever d’une participation directe à un événement ou à une action collective. Il peut aussi se faire par médias interposés, par exemple dans le cadre d’une focalisation collective sur un événement public (attentat, catastrophe naturelle, etc.).

publicité

On lit souvent dans les essais sociologiques et politiques récents que, sur le plan politique, ce qui compte désormais de plus en plus c’est d’émouvoir les gens, et que ce qui occupe la scène c’est la mobilisation des émotions. C’est d’ailleurs la définition même de la post-vérité, si l’on en juge d’après la définition récemment proposée par le dictionnaire de l’Université d’Oxford : dans un régime de post-vérité, « les faits objectifs ont moins d’influence pour modeler l’opinion publique que les appels à l’émotion et aux opinions personnelles ».

Il ne faut pas oublier que les mouvements sociaux, les mobilisations politiques et la défense de causes ont toujours eu une forte composante émotionnelle.

Il y a peu, Pierre Rosanvallon a défendu l’idée que l’expression collective des émotions est devenue une fin en soi, et qu’elle n’est plus orientée vers l’action. Il a aussi défini les leaders populistes comme des « entrepreneurs d’émotions » ou des manipulateurs d’affects


[1] Je renvoie ici à l’ouvrage que j’ai édité l’an dernier avec Laurence Kaufmann : Les émotions collectives, Paris, éditions de l’EHESS.

Louis Quéré

Sociologue, Directeur de recherche honoraire au CNRS

Notes

[1] Je renvoie ici à l’ouvrage que j’ai édité l’an dernier avec Laurence Kaufmann : Les émotions collectives, Paris, éditions de l’EHESS.