A Analyse

Société

Antisémitisme, un état des lieux

Politiste

L’antisémitisme revêt aujourd’hui en France de multiples facettes qu’il convient de distinguer si l’on veut le combattre efficacement. Une analyse fine des données disponibles permet, en particulier, de réfuter l’idée qu’un « nouvel antisémitisme » sui generis aurait chassé l’ancien.

Le « Manifeste contre le nouvel antisémitisme », publié le 21 avril dans Le Parisien, est un cri de colère face aux agressions meurtrières dont sont victimes aujourd’hui des hommes et des femmes pour la seule raison d’être juifs. Mais ses formules à l’emporte-pièces et sa polarisation exclusive sur l’islamisme radical et l’antisémitisme musulman donnent du phénomène qu’il entend combattre une vision réductrice. Un état des lieux détaillé de l’antisémitisme en France, croisant les statistiques policières sur les actes racistes et antisémites, les données du sondage annuel sur le racisme de la Commission nationale consultative des droits de l’homme (CNCDH) et celle d’enquêtes auprès des Françaises et Français juifs, montre une réalité plus complexe.

La montée des actes anti-juifs

Au ministère de l’Intérieur, le Service central du renseignement territorial (SCRT) assure depuis 2008 un suivi quotidien des actes à caractère raciste qui lui sont rapportés par ses divers relais (services départementaux, commissariats de police, brigades de gendarmerie, préfecture de police, associations)[1]. Pour l’essentiel, il s’agit de dépôts de plainte. Les « actions » recouvrent les homicides, les attentats, les incendies, les dégradat...

Nonna Mayer

Politiste, Directrice de recherche émérite au CNRS, Centre d’études européennes de Sciences Po, membre de la Commission nationale consultative des droits de l'homme (CNCDH)