A Analyse

International

L’État d’Israël, 70e anniversaire

Sociologue

L’État d’Israël a fêté ses 70 ans. Nous, européens, ne sommes pas particulièrement conviés aux festivités.  Curieux, sceptiques, souvent réprobateurs, nous nous y invitons pourtant.  La commande de cet article en atteste. Quels sont les ressorts de cette intrusion ?

Une fête nationale est une célébration de la naissance d’un État-nation. Comme les drapeaux ou les hymnes, parfois aussi les défilés militaires, elle mobilise cet art du décorum qui se répandit uniformément à l’ère des nationalités en Europe avant de devenir un standard mondial. Il est à peine exagéré d’affirmer que ces objets, figés dans leur majesté surannée, ne séduisent plus aujourd’hui, sous nos latitudes, que les amateurs de kitsch.

 

Publicité

Pourtant, il est des cas où ces festivités manifestent une seconde face, réservée aux États-nation qui furent aussi des projets articulés à une certaine idée de l’universel, tels la France républicaine, la Russie soviétique, les États-Unis d’Amérique, le Reich allemand, même s’il en est d’autres quoique moins nets. La célébration s’y accompagne...

Danny Trom

Sociologue, Chercheur au CNRS, membre du Laboratoire interdisciplinaire d'études des réflexivités (LIER)  et du Centre d'études juives (CEJ) de l'EHESS