Fabrice Gabriel

Écrivain, Critique littéraire

Fabrice Gabriel est écrivain. Il a publié aux éditions du Seuil, dans la collection « Fiction & Cie », une manière de trilogie romanesque : Fuir les forêts (2006), Norfolk (2010), Une nuit en Tunisie (2017). Il est également l’auteur d’un essai sur le peintre Jean Fautrier (L’homme ouvert, 2002) et de textes divers pour des revues et catalogues d’exposition. Il a longtemps travaillé comme journaliste culturel et critique littéraire, pour les Inrockuptibles et à la radio (en particulier à France Inter). Né à la frontière allemande, il a vécu à Paris, puis à New York où il fut attaché culturel, en charge du Bureau du Livre français, et désormais à Berlin, où il a dirigé pendant cinq ans l’Institut français. Ses livres se nourrissent volontiers de références aux artistes, peintres, cinéastes, musiciens ou écrivains qu’il aime. Ni autofictions, ni récits traditionnels, ils tentent de dire un certain trouble du temps, le rapport entre la commune expérience du présent et le travail singulier de la mémoire (à moins que cela ne soit l’inverse).

Ses publications sur AOC

lundi 07 .01

Critique

Recommencer le monde – sur Le Dernier Fleuve d’Hélène Frappat

par Fabrice Gabriel

Un roman-fleuve : l’expression peut être prise au pied de la lettre, pour le très beau nouveau livre d’Hélène Frappat, qui propose sous l’égide de Thoreau le programme possible d’un retour à la nature et au pouvoir des fables. Poétique mais pas seulement, Le Dernier Fleuve bouscule les conformismes de la fiction contemporaine pour se poser, aussi, en geste philosophique… et peut-être politique.

mercredi 26 .12

Critique

Leurs enfants après eux de Nicolas Mathieu : un roman français ?

par Fabrice Gabriel

D’une très grande efficacité narrative, contemporain mais s’inscrivant dans une longue filiation littéraire, Leurs enfants après eux de Nicolas Mathieu peut à bien des égards se lire comme un roman français. Le jury du Goncourt ne s’y est pas trompé. Rediffusion d’hiver.

mardi 11 .12

Critique

Instantanés de Claudio Magris : autoportrait de l’écrivain en voyageur

par Fabrice Gabriel

Avec Instantanés, Claudio Magris livre un recueil de « choses vues » depuis vingt ans, qui raconte au fil de courts textes pris sur le vif un certain (mauvais) état du monde. Il serait pourtant dommage d’y lire uniquement des variations brillantes et mélancoliques sur les travers contemporains : si Magris est bien un moraliste, c’est d’abord un homme curieux de tout et des autres, qui esquisse avec malice et profondeur un autoportrait sans complaisance de l’écrivain au miroir de son temps.

mardi 27 .11

Critique

La guerre n’est pas finie – sur La Moustache du soldat inconnu de Jérôme Prieur

par Fabrice Gabriel

Le centenaire de la Première guerre mondiale a été l’occasion, depuis quatre ans, de très nombreuses publications, commémoratives ou savantes. Publié presque in extremis cet automne, La Moustache du soldat inconnu de Jérôme Prieur est l’un des essais les plus personnels et les plus précieux pour (re)penser notre rapport à ce conflit fondateur, à travers le récit intime d’une sorte de vocation pour les images et les fantômes – quelque chose, aussi, comme la clé d’une œuvre, au croisement de l’imaginaire et de l’histoire.

mercredi 07 .11

Critique

Leurs enfants après eux de Nicolas Mathieu : un roman français ?

par Fabrice Gabriel

D’une très grande efficacité narrative, contemporain mais s’inscrivant dans une longue filiation littéraire, Leurs enfants après eux de Nicolas Mathieu peut à bien des égards se lire comme un roman français – étiquette qui en fait un potentiel idéal lauréat du Goncourt décerné ce mercredi 7 novembre.