A Analyse

Numérique

Les masques de la méchanceté 2.0

Sémiologue

La récente condamnation par la justice des harceleurs de la chroniqueuse Nadia Daam offre l’occasion de s’interroger sur les mécanismes à l’œuvre dans ce type de comportements. Faire le mal en ligne et agir en « troll » est facilité par l’anonymat, qui déresponsabilise les internautes et favorise ainsi trois sinistres instincts : le plaisir de diviser, de salir, et le désir d’anéantir.

Le 5 juillet a été rendue une décision de justice qui pourrait être un tournant dans la lutte contre cette maladie endémique qui ronge internet : la haine. Nadia Daam, chroniqueuse sur Europe1 et Arte, a eu la bonne idée de poursuivre devant les tribunaux des internautes qui l’avaient menacée de mort à la suite de l’une de ses interventions radiophoniques dans laquelle elle dénonçait la bêtise des propos sexistes tenus et propagés sur le forum « 18-25 ans » de jeuxvideo.com, site qui traite de biens d’autres sujets que ceux qu’il annonce. Comme le notait la journaliste : « C’est un forum qui, comme son nom ne l’indique pas, ne traite pas tellement de jeux vidéo et n’est pas vraiment alimenté par des personnes âgées de 18 à 25 ans mais par des gens dont la maturité cérébrale n’a visiblement pas excédé le stade embryonnaire ». Elle qualifie également ce forum de « poubelle à déchets non recyclables ». Finalement, deux membres du « forum » ont été condamnés à six mois de prison avec sursis.

Publicité

Les attaques dont a été victime Nadia Daam sont malheureusement monnaie co...

François Jost

Sémiologue, Professeur émérite à la Sorbonne Nouvelle-Paris 3