A Analyse

Société

Inégalités, injustices, ressentiment

Sociologue

En faisant son trou, l’idéal démocratique a multiplié les motifs de revendications. Les inégalités ont ainsi cessé d’être vécues seulement par les classes populaires et suscitent aujourd’hui les protestations des femmes, des personnes âgées, des minorités, des périurbains, des non-binaires… Cette nouvelle expérience des inégalités, très personnelle et ne reposant plus sur un vécu de classe, débouche sur l’aigreur et le ressentiment plutôt que sur le ralliement à un mouvement social.

Il est peu discutable que les inégalités sociales se creusent : le centième, et le millième plus encore, le plus riche de la population capte une part croissante des revenus et du patrimoine, pendant que la condition des pauvres se dégrade. Relativement modérée en France, cette évolution est extrêmement brutale dans les sociétés les plus libérales, comme aux États-Unis où le coefficient de Gini mesurant les inégalités a été multiplié pas près de deux au cours des quarante dernières années.

Cependant, cette définition des inégalités mesurées aux deux extrémités de l’échelle sociale reste relativement insatisfaisante car elle ignore les inégalités les plus fines, celles qui concernent vraiment les individus dans leur vie quotidienne, celles qui fondent leurs critiques et leurs sentiments d’injustice, celles qui, souvent, déterminent leurs choix politiques. Or il faut s’intéresser à ces inégalités-là pour mieux comprendre la situation dans laquelle nous sommes : alors que les inégalités « obscènes » sont dénoncées, les partis ...

François Dubet

Sociologue, directeur d'études à l'ehess, professeur à l'université Bordeaux 2