A Analyse

Football

Comment le big data bouleverse le football

Journaliste

Le nom du lauréat du Ballon d’Or sera dévoilé ce lundi. Mais si les grands joueurs n’ont sans doute jamais été aussi célébrés, le football professionnel semble désormais de plus en plus souvent se jouer, au-delà de ces « génies », à coups de chiffres et de statistiques. Une irruption si intense des big data qu’elle vient profondément modifier certains fondements du jeu.

Le petit monde du football retient son souffle. Dans quelques heures, le lauréat du prestigieux Ballon d’Or France Football sera connu. Une distinction convoitée, récompensant « le meilleur joueur au monde », une individualité forcément hors-normes capable de modifier à elle seule le cours d’un match… Sauf surprise, un attaquant devrait être distingué, c’est-à-dire un joueur à la feuille de statistiques bien fournie, empilant les buts et les passes décisives (comme le nombre de zéros sur son compte en banque). Loin les grandes heures du football romantique. L’heure est au diktat du chiffre et de l’efficacité. Dans ce nouveau monde où l’athlète se transforme en machine, manier le cuir avec style est devenu accessoire. De Barcelone à Paris en passant par Turin, tout se quantifie désormais, s’évalue, se mesure, sans répit. Cela n’est pas sans conséquences. Les glorieux numéro 10 à l’ancienne et autres frêles génies instinctifs d’hier à la Cruyff et Platini ont disparu. Ils ont été remplacé par l’hyper-efficacité des Messi, Ronaldo et Mbappé dont l’influence sur le terrain se mesure à l’aune du big data… Pour comprendre ce mouvement irréversible vers le règne de la donnée, il faut impérativement faire un bond en arrière.

Avant de perdre son propriétaire dans un tragique accident d’hélicoptère, le club anglais de Leicester connut une étonnante trajectoire. En quelques années à peine, c...

Laurent-David Samama

Journaliste, Membre du comité de rédaction de La Règle du Jeu