Boris Grésillon

Géographe, Professeur à l'Université Aix-Marseille, Senior Fellow de la fondation Alexander-von-Humboldt (Berlin)

Boris Grésillon est professeur de géographie à l’université Aix-Marseille et chercheur au laboratoire Telemme (CNRS). Actuellement en détachement à Berlin en tant que Senior Fellow de la fondation Alexander-von-Humboldt, il est chercheur associé au Centre Marc Bloch et à l’université Humboldt. Ses recherches portent sur Berlin, l’Allemagne, l’Europe et sur la géographie de l’art.

Derniers ouvrages parus :

– Géographie de l’art, Paris, Economica-Anthropos, 2014.

Berlin aujourd’hui, avec S. Vannier (dir.), in Allemagne d’aujourd’hui, 2017

Ses publications sur AOC

mardi 04 .12

Opinion

Menaces sur la diversité (2/2) – humanité en péril

par Boris Grésillon

Monopoles et trusts d’un côté ; autocrates et réactionnaires de l’autre : les agents économiques et politiques qui ressurgissent en ce début de XXIe siècle profitent de leur incroyable force de frappe pour uniformiser le monde. Après avoir traité de la biodiversité et des aspects culturels – la superstructure –, ce second volet d’un diptyque consacré aux menaces qui pèsent sur la diversité s’attaque aux puissances économiques et politiques – à l’infrastructure.

lundi 03 .12

Opinion

Menaces sur la diversité (1/2) – naturelle et culturelle

par Boris Grésillon

Disparition progressive de la biodiversité, standardisation linguistique… notre humanité connait un terrible mouvement d’uniformisation. Les différences naturelles et culturelles qui font sa beauté et celle de son environnement sont écrasées. C’est ainsi son existence même qui est menacée. Premier volet d’un ensemble de deux textes sur les menaces qui pèsent sur la diversité.

mercredi 20 .06

Opinion

Le Mur de Berlin n’est pas tombé

par Boris Grésillon

Dans le nouveau gouvernement allemand, il n’y a qu’une seule ministre originaire de l’ex-Allemagne de l’Est. Et c’est loin d’être anodin. Malgré presque trente ans de réunification, les inégalités entre «Ossis» et «Wessis» persistent, dans les faits et dans les esprits. Que reste-t-il à accomplir pour achever la chute du mur ?