A Analyse

Politique

Européennes, le retour aux urnes ?

Politistes

Contre toute attente, les élections européennes ont vu s’enrayer la mécanique d’inexorable progression de l’abstention. Mais si la participation a repassé la barre symbolique des 50%, il ne faut pas oublier que ce chiffre masque de grandes disparités entre les groupes sociaux, de très nombreux citoyens demeurant encore à l’écart des urnes.

Pour la première fois depuis vingt-cinq ans, la participation électorale aux élections européennes a repassé la barre symbolique des 50% d’inscrits, mobilisant un citoyen français sur deux en capacité de voter, quand l’abstention s’était, depuis le tournant des années 2000, stabilisée à un niveau élevé : 59 % en 2009 et encore 57% en 2014. Cette remobilisation relative d’une partie de l’électorat potentiel suscite d’autant plus d’intérêt qu’elle constitue une surprise au regard des records attendus d’abstention : selon les sondages qu’ils prenaient pour référence, les médias avaient préparé les esprits à enregistrer a minima 57% d’abstention – le taux atteint en 2014- quand d’autres annonçaient jusqu’à 60%.

Il convient de ne pas minimiser la réalité de la dynamique observée le 26 mai 2019, à bien des égards à contre-tendance de ce qu’on observe depuis plus d’une décennie, au cours de laquelle l’abstention n’a cessé d’augmenter pour tous les types de scrutin. En juin 2017, le record historiqu...

Céline Braconnier et Jean-Yves Dormagen

Politistes, co-directeurs de la Chaire citoyenneté de Sciences Po Saint-Germain-en-Laye