A Analyse

Politique

Sous les intérêts individuels, les passions sociales

Philosophe

La résurgence des passions dans les conflits contemporains ainsi que le rôle des valeurs symboliques dans le débat public et dans les mobilisations sociales remettent largement en question les approches en termes d’intérêts rationnels individuels. Le XXIe siècle s’annonce chaud non seulement pour des raisons climatiques mais aussi pour des raisons sociales.

La France en colère – site d’information sur le mouvement des « gilets jaunes » – dénonce le mépris de classe des élites. Le ressentiment des manifestants s’est transformé parfois en actes de haine qui ont suscité l’indignation. À lire l’actualité on dirait que l’espace public est envahi par la résurgence des passions dans les conflits sociaux. Mouvements populistes, craintes millénaristes, indignation devant l’injustice, ressentiment social, colère, humiliation, solidarité et empathie vis-à-vis des plus vulnérables, font la une de l’information et semblent expliquer pourquoi les gens agissent, votent, se révoltent, bouleversent les normes sociales et s’entretuent. Pourtant, une thèse bien répandue dans les sciences sociales voit dans l’intérêt le moteur de l’action des individus.

publicité

Notion introduite entre la fin du XVIe siècle et le début du XVIIe, l’intérêt permettrait de surmonter la dichotomie cl...

Gloria Origgi

Philosophe, Chercheuse au CNRS, Institut Jean Nicod