A Analyse

Société

Et si la vidéosurveillance (intelligente) nous rendait aveugles ?

sociologue

Remplacer le contrôle humain par la vidéosurveillance dite intelligente semble être l’ambition des dispositifs de reconnaissance faciale testés récemment dans des communes et des établissements scolaires en France. Or, cette technologie est loin d’être autonome. S’il y a crainte ou espoir à avoir, c’est donc moins dans les prétendues prouesses technologiques de ce dispositif que dans ses usages réels.

À l’œil des caméras de vidéosurveillance, se sont ajoutées des oreilles, une bouche. Un nouveau visage semble se dessiner : celui d’un « policier augmenté » qui, à distance, verrait, entendrait, parlerait « mieux » que son homologue humain. à ces capacités physiques s’ajouteraient des fonctions cognitives, permettant à la reconnaissance faciale, tel un « cerveau robotisé », d’identifier plus efficacement les criminels et de dépister les comportements suspects.

publicité

Si certaines voix s’élèvent pour dénoncer « le vrai visage de la reconnaissance faciale », d’autres en vantent les mérites pour assurer notamment la protection des citoyens. Cependant, cette polarisation du débat (pour ou contre) repose sur un cert...

Élodie Lemaire

sociologue, maîtresse de conférences à l’UPJV