A Analyse

Société

Les villes dans la pandémie

Sociologue

Alors que le confinement se prolonge, il convient de rester attentif aux restrictions des libertés et aux conséquences de l’isolement social. Il nous faut craindre l’opportunité que la pandémie offre aux pouvoirs en place, refuser le spectacle de panique mis en scène par les médias, trouver des moyens pour lutter contre le fossé qui se creuse entre classe moyenne protégée et classe ouvrière exposée, explorer les différentes formes de diversité capables de concilier ville verte et ville saine, et utiliser les nouvelles technologies pour affirmer, au sein de la ville, le pouvoir de la communauté.

Dans Homo Sacer, le philosophe italien Agamben parle de la répression qui surgit lorsqu’un état d’exception est instauré. La vie des personnes se trouve réduite à un minimum biologique, comme dans les camps de concentration nazis. Mais cette réduction peut persister une fois les conditions exceptionnelles passées. Le sociologue Alain Touraine a montré, il y a déjà longtemps, comment la situation en temps de guerre avait légitimé la réglementation étatique de la vie des gens, et ce bien après la fin de la deuxième guerre mondiale. Les structures du pouvoir exploitent les crises, les utilisent pour légitimer un contrôle élargi.

La panique permet d’exploiter une crise. Dans les pays riches, rares sont les jeunes qui, de nos jours, connaissent la discipline militaire, qui n’a d’autre but que de faire en sorte que les soldats, sous le feu, gardent la maîtrise d’eux-mêmes ; paniquer sur le champ de bataille, c’est la mort garantie ou presque. Or les médias, ivres de panique, nous présentent ces extrêmes que sont la maladie et la mort comme un destin inévitable. Lorsqu’une bonne nouvelle surgit – la diminution de la maladie en Chine, par exemple – la place que lu...

Richard Sennett

Sociologue, Professeur à la New York University et à la London School of Economics, fondateur de Theatrum Mundi