Alexis Nouss

Critique, Professeur en littérature générale et comparée

Alexis Nuselovici (Nouss) est professeur en littérature générale et comparée à l’Université d’Aix-Marseille. Il a été professeur à l’université de Cardiff et à l’université de Montréal. Il a également été professeur invité au Brésil, en Turquie, en Espagne et en France.

Membre de plusieurs équipes de recherche internationales, il dirige le groupe « Transpositions » au sein du Centre interdisciplinaire d’étude des littératures d’Aix-Marseille (CIELAM). Il est titulaire de la chaire « Exil et migrations » au Collège d’études mondiales (Fondation Maison des Sciences de l’Homme, Paris).

Ses champs de recherche et de réflexion concernent la traductologie, l’expérience exilique, la culture européenne, la littérature du témoignage, les problématiques du métissage, les esthétiques de la modernité.

Parmi ses ouvrages : Plaidoyer pour un monde métis (Textuel, 2005) ; Paul Celan. Les lieux d’un déplacement (Le Bord de l’eau, 2010) ; Pour une politique hors-sol avec Augustin Giovannoni (Kimé, 2017) ; La condition de l’exilé. Penser les migrations contemporaines (Maison des Sciences de l’Homme, 2018 [2015]).

Ses publications sur AOC

mercredi 08.07.20

Critique

De la littérature en temps de pandémie

par

Pendant le confinement, chacun y est allé de sa liste de lecture, épuisant les stocks de La Peste. On liste, on liste, on cite, on cite. Lit-on ? Là n’est pas la question. On se refuge derrière des étagères. On lirait donc pour le thème dont traitent ces livres, l’épidémie, et on en attendrait une fonction précise : l’effet-miroir. Ce qui m’arrive est déjà arrivé, je ne suis ni seul ni le premier et mon angoisse s’en trouve assurément réduite. Mais plutôt que de lutter contre l’incertitude afin de continuer à vivre, ne faudrait-il pas apprendre à vivre avec l’incertitude ? Et cela, la littérature peut nous l’enseigner.

vendredi 17.04.20

Critique

Chroniques du ghetto – à propos de Robert Schindel, Edgar Hilsenrath, Josef Bor, Hélène Gaudy

par et

De tous les espaces de confinement possible, le ghetto est particulier au sens où il n’est pas un espace de ou pour le confinement, il est confinement. (Re)lisons Le mur de verre de Robert Schindel, Nuit d’Edgar Hilsenrath, le Requiem de Terezín de Josef Bor , ou encore Une île, une forteresse d’Hélène Gaudy. Ce dimanche, cela fera 77 ans que le ghetto de Varsovie s’est soulevé.

jeudi 28.11.19
mercredi 14.08.19

Critique

Cohen Leonard, poète et romancier, même pas vieux

par

Romancier puis musicien devenu célèbre, Leonard Cohen est avant tout un poète au travail dont l’œuvre aura été traversée par les questions de l’amour, des passions, de la sexualité, de la mélancolie, de la religion ou encore de l’exil. The Flame , ouvrage posthume qu’il compose peu avant de mourir, poursuit ces thèmes avec humour et auto-dérision comme pour laisser un dernier acte empli de vie. Rediffusion du 2 mai 2019.

mardi 16.07.19

Critique

Ne saurait mentir (littérature et migration) – sur trois romans de Melandri, Kumar et Schwartz

par

À l’heure où les productions médiatiques rejoignent les instances politiques dans une inefficacité notoire à réveiller les consciences quant au drame migratoire, les romans de Francesca Melandri, Amitava Kumar et Violaine Schwartz offrent une vision contemporaine, littéraire, de l’exil. Ils rappellent ainsi que les migrants avaient une vie avant la migration, qu’ils ont un passé et, qu’à ce titre, ils méritent d’être accueillis non comme de simples victimes mais comme des sujets humains souverains.