A Analyse

Santé

L’ambition d’une grande santé publique : Covid-19, confinement et iatrogénie

Philosophe et historien des sciences

Au nom de la santé publique, le gouvernement a décidé de maintenir le confinement et un arsenal de mesures sanitaires pourtant susceptibles d’avoir des conséquences néfastes : opérations déprogrammées, traitement retardés, sans oublier les répercussions psychologiques et sociales. Dans le langage scientifique, on nomme « iatrogénie » une conséquence néfaste résultant d’une intervention médicale. Afin de l’éviter, nous devons mener une réflexion collective sur la politique à mettre en œuvre pour inventer un nouveau contrat social et porter l’ambition d’une grande santé publique.

Le Ségur de la santé a débouché sur un programme ambitieux de revalorisation des salaires des soignants, d’amélioration de leurs conditions de travail et de financement massif des hôpitaux publics. Mais ces mesures curatives seront-elles à la hauteur de la crise que nous traversons ? Ne devrions-nous pas, en complément de cela, favoriser une plus grande prudence au moyen d’une délibération étendue sur les mesures préventives à mettre en œuvre pour éviter la iatrogénie médicale, psychologique et sociale qui guette ?

publicité

On ne peut, à ce propos, que regretter le fait que l’action entreprise par le Ségur de la santé se soit réduite à la gestion de la crise des hôpitaux. Rien, ou si peu, n’a été mis en place à la faveur d’un renforcement de la santé publique. Pourtant, c’est bel et bien au moyen d’une prévention élargie des risques, à la fois médicaux et sociaux, que nous pourrons répondre aux défis que la pandémie de Covid-19 lance à notre s...

Mathieu Corteel

Philosophe et historien des sciences