A Analyse

Santé

To test or not to test ? Le dépistage au cœur des controverses

Sociologue et politiste

Dans la guerre contre la Covid-19, une des armes centrales est le dépistage. Depuis mars dernier, près de 44 millions de tests ont été réalisés. Avec quels résultats ? La stratégie du « tester-tracer-isoler » n’a jamais fonctionné, le virus circule toujours et l’objectif de réduction du nombre de cas quotidien à 5000 n’est pas atteint. Pourquoi ? Quatre séries d’ambiguïtés sur les tests, leurs usages et l’information qu’ils produisent, permettent d’apporter des éléments de réponse.

Invention majeure du début des années 1980, aujourd’hui centrale en biologie moléculaire, la technique PCR (Polymerase Chain Reaction) n’a pas été conçue pour répondre à un problème spécifique[1]. Ce n’est qu’une fois disponible qu’elle est apparue comme une solution à différents problèmes. Une des caractéristiques de cette technique est ainsi son extraordinaire polyvalence. Elle est utilisée dans des domaines aussi divers que la recherche sur le génome humain, les enquêtes médico-légales, la science alimentaire et vétérinaire, l’écologie, le diagnostic médical ou encore l’épidémiologie.

publicité

Dans le cadre de la lutte contre l’épidémie de SARS-CoV-2, les tests PCR, tout comme les tests antigéniques introduits plus récemment, participent à deux registres d’usage que l’on peine parfois à distinguer.

Le premier registre d’usage relève de la prévention individuelle ...

Renaud Crespin

Sociologue et politiste, Chargé de recherche au Centre de Sociologie des Organisations (CNRS - Sciences Po)