Bertrand Leclair

Écrivain, Critique littéraire

Né à Lille en décembre 1961, Bertrand Leclair est romancier, essayiste et dramaturge.

Il a publié une vingtaine de livres depuis L’Industrie de la consolation, paru chez Verticales en 1998, parmi lesquels L’Invraisemblable histoire de Georges Pessant (Flammarion, 2010), Malentendus (Actes Sud, 2013) et Perdre la tête (Mercure de France, 2017). Il a reçu la Bourse Cioran en 2009 pour l’essai Dans les rouleaux du temps (Flammarion). Il est également l’auteur d’une trentaine de fictions radiophoniques (pour France Culture et France Inter). Critique littéraire de 1994 à 2006 pour des journaux aussi différents que Les Inrockuptibles, La Quinzaine littéraire ou Le Nouvel économiste, il a repris une collaboration régulière au Monde des Livres depuis 2014.

Derniers titres parus : Débuter comment c’est. Entrer en littérature (Pocket Agoira, 2019) ; Aux confins du soleil (Mercure de France, 2020).

Ses publications sur AOC

lundi 02.11.20

Opinion

Les caricatures de Charlie Hebdo sont entrées dans l’Histoire

par

Ce n’était pas le projet des terroristes, mais il est aujourd’hui indéniable que les meurtres dont ont été victimes la rédaction de Charlie Hebdo puis Samuel Paty ont fait entrer les « caricatures » dans l’Histoire. N’est-ce pas alors en cours d’histoire que celles-ci devraient être enseignées, et non pas en éducation morale et civique, et encore moins en les projetant sur les murs publics ? Ce qui aurait le mérite de rééquilibrer le débat dont les dérapages incessants oublient l’essentiel : la différence entre foi et religion. L’adversaire de la laïcité n’est pas la foi musulmane, mais une conception délirante de la manière de l’administrer.

dimanche 11.10.20

Fiction

Ma première phrase

par

Menant actuellement de front un double chantier, fictif d’une part, plus théorique d’autre part, mais qui se complètent par-delà la frontière des genres, Bertrand Leclair donne ici les prémices du premier à AOC : un récit librement ancré dans l’autobiographie pour interroger une phrase première, inaugurale, couchée il y a longtemps sur le papier, mais jamais intégrée à l’un des écrits de cet écrivain et romancier. Une phrase toujours là, revenante, mais qui toujours reflue. Une étrange obstination qui tout à la fois provoque et résulte de la quête artistique.

vendredi 18.09.20

Critique

Fil d’Ariane, fil du temps – à propos de Thésée, sa vie nouvelle de Camille de Toledo

par

Ni roman ni essai, ni poème ni enquête familiale, et un peu de tout cela pourtant. Thésée, sa vie nouvelle de Camille de Toledo témoigne d’une grande inventivité formelle, seul moyen de dire l’indicible, en l’occurrence la mort, qui hante le héros depuis le suicide de son frère. Acculé et égaré dans le labyrinthe de la vie, qui est aussi un labyrinthe familial, Thésée, et à travers lui l’auteur lui-même, dénoue les fils généalogiques pour re-nouer enfin du sens, et peut-être faire advenir une vita nova.

jeudi 30.07.20

Critique

Précipité de temps circulaire – à propos de La Réponse à Lord Chandos de Pascal Quignard

par

Avec La réponse à Lord Chandos, Pascal Quignard imagine quelle réponse Francis Bacon ferait à la lettre d’un certain Lord Chandos, publiée en 1902 par l’écrivain autrichien Hugo von Hofmannsthal, en proie à une désillusion terrible vis-à-vis de l’amour et du mariage. Quelques décennies plus tard, en 1978, le puissant écho que cette lettre trouva en Quignard le poussa à en imaginer la réponse. Et c’est près de 40 ans après que ce texte paraît en librairie, comme un témoignage a posteriori des premières fulgurance de l’auteur. Rediffusion du 3 mars 2020

mercredi 08.04.20

Critique

Comment s’en sortir sans sortir – sur le récital de Gherasim Luca

par

De l’air ! La langue commune aussi en ces temps confinés le réclame. La tête au carré, les phrases en sac, les idées en détresse, il convient d’ouvrir les fenêtres pour éviter l’asphyxie dans nos phrases. Dans l’espace numérique, trois clics suffisent pour en ouvrir une sur un chef-d’œuvre de la poésie sonore, une joyeuse traversée de l’angoisse (joyeuse, mais toujours à refaire) : Comment s’en sortir sans sortir, récital de Gherasim Luca remarquablement filmé pour la télévision par Raoul Sangla en 1987. Cinquante-cinq minutes d’oxygène mental. Inspirez !