Éric Fabri

Politiste, Enseignant à l'Université libre de Bruxelles

Eric Fabri est assistant à l’Université libre de Bruxelles où il enseigne la théorie politique. Il mène ses travaux au sein du Centre de théorie politique et rédige une thèse sur les théories de la propriété dans la modernité sous la codirection de Justine Lacroix et de Jean-Yves Pranchère. A côté de sa recherche doctorale, il se passionne pour la philosophie politique de Cornélius Castoriadis, qu’il a eu l’occasion d’approfondir dans différents articles, chapitres, interventions à des colloques, ainsi que dans un ouvrage co-dirigé avec Manuel Cervera-Marzal : « Autonomie ou barbarie, la démocratie radicale de Cornelius Castoriadis et ses défis contemporains » (2015). Il a également publié sur la question de la propriété dans les débats anglo-saxons relatifs à la justice sociale, sur la démocratie des propriétaires et sur la théorie de l’appropriation de John Locke.

La plupart de ses travaux sont accessibles via le site academia (https://ulb.academia.edu/EricFabri )

Ses publications sur AOC

mardi 15 .05

Opinion

Antigone aurait été zadiste

par Éric Fabri

Des entreprises « disruptives », qui remettent en question le modèle dominant de l’activité économique, et se développent initialement en dehors de l’emprise directe du législateur : c’est le cas d’Uber ou d’Airbnb mais aussi des projets zadistes. Pourtant, si l’État se montre conciliant avec les premiers, il oppose une résistance marquée aux derniers, opposant un droit de propriété absolu au droit de propriété relatif à l’usage revendiqué, par exemple, par les occupants de Notre-Dame-des-Landes.