George Oppen

Poète

George Oppen est un poète né le 24 avril 1908 à New Rochelle (quartier de New York) et mort le 7 juillet 1984 à Sunnyvale (Californie). En 1930, il fonde à Paris avec sa femme Mary Colby les éditions To Publishers afin de faire connaître les poètes américains contemporains. Les Oppen publient ainsi An « Objectivist » Anthology (1932), qui rassemble notamment des poèmes d’Ezra Pound, de T. S. Eliot et de William Carlos Williams. De retour aux États-Unis, il publie son premier recueil de poèmes, Discrete Series, en 1934. Il est reconnu comme l’une des figures de proue du groupe des poètes objectivistes. Après un exil d’une dizaine d’années à Mexico pour éviter d’être persécuté en raison de ses engagements communistes, il rentre aux États-Unis. Il publie ainsi son deuxième recueil, The Materials (1962), vingt-huit ans après le premier. Une partie de sa vie nous est transmise à travers l’autobiographie de son épouse, Meaning a Life (1978), et par le biais de sa correspondance personnelle, The Selected Letters of George Oppen (1990).

Plusieurs de ses recueils de poèmes ont été traduits en français, parmi lesquels Quelques textes (Collected Poems of George Oppen), trad. Serge Fauchereau, Centre Georges-Pompidou, 1977, D’être en multitude (Of Being Numerous), trad. Yves di Manno, Unes, 1985 et Primitif (Primitive), trad. Yves di Manno, Unes, 1987 .

Pierre Alferi, auteur d’AOC, qui a traduit une partie des poèmes de son recueil This in Which (1965) sous le titre « Un langage de New York » (Format Américain, 1993), est romancier, poète et essayiste. Il a traduit pour différents éditeurs des livres de John Donne, Meyer Schapiro et Giorgio Agamben, des poètes anglais et américains ainsi que les Livres de Job et d’Isaïe.

Ses publications sur AOC

dimanche 26 septembre