Giosuè Calaciura

Ecrivain, Journaliste

Giosuè Calaciura, né à Palerme, est journaliste (notamment pour la célèbre émission littéraire « Fahrenheit » de Rai Radio 3), écrivain, auteur de fictions radiophoniques. Il a publié de nombreux romans et plusieurs recueils de nouvelles. Sont traduits en France : Passes noires (finaliste du prestigieux prix Campiello 2002 ; Gallimard, « Folio », 2007), Conte du bidonville (Les Allusifs, 2009), Malacarne et Urbi et Orbi (Noir sur blanc, 2017). Son dernier roman, Borgo Vecchio (Sellerio, 2017), n’est pas encore traduit.

Il fait partie des auteurs italiens invités au festival Italissimo (Maison de la poésie, Paris, 15 avril 2018).

Lise Chapuis, docteure en littérature française et comparée, est traductrice de littérature italienne depuis plus de vingt ans. Collaboratrice de plusieurs maisons d’édition, elle est responsable de la collection « Selva selvaggia » aux Éditions de l’Arbre vengeur. Membre de l’ATLF et d’ATLAS, elle aime participer en tant que tutrice ou stagiaire à des formations consacrées à la traduction littéraire et anime régulièrement des ateliers de traduction dans les lycées de la Nouvelle Aquitaine.

Parmi les auteurs qu’elle a traduits : Antonio Tabucchi, Giorgio Manganelli, Marco Lodoli,  Rosa Matteucci, Marco Malvaldi, J. Rodolfo Wilcock et Giosuè Calaciura, dont elle est la traductrice attitrée en France.

Ses publications sur AOC

jeudi 19 .09

Opinion

L’Italie de Salvini

par Giosuè Calaciura

La visite du président Macron à Rome marque la reprise des relations franco-italiennes. Une rencontre symbolique, qui n’efface pas pour autant les quatorze mois de gouvernement de la Ligue d’extrême droite et des Cinq Étoiles ; ni le succès d’un Matteo Salvini, construit sur la peur des Italiens d’une mondialisation incomprise. L’écrivain et journaliste italien (sicilien) Giosuè Calaciura, dont le dernier roman, Borgo Vecchio, figure d’ailleurs dans la sélection du prix Femina, livre ici son témoignage.

dimanche 08 .04

Fiction

Cicciummardo

par Giosuè Calaciura

À l’occasion de sa participation au festival Italissimo, l’écrivain italien Giosuè Calaciura a confié à AOC une nouvelle inédite en France, et traduite ici par Lise Chapuis. Qui a lu Passes noires ou Malacarne, parmi quelques-uns de ses romans, retrouvera la cruelle, l’exubérante, la légendaire, la misérable… l’insensée Sicile. Et l’ampleur de la langue de ce romancier, à découvrir – ou à redécouvrir.