Philippe Rahm

Architecte, Strauch Visiting Critic in Sustainable Design au Département d’Architecture de l’Université de Cornell aux Etats-Unis

Philippe Rahm est un architecte suisse diplômé de l’École Polytechnique Fédérale de Lausanne en 1993, docteur en architecture de l’Université de Paris-Saclay en 2019, dont l’agence «Philippe Rahm architectes» est établie depuis 2008 à Paris. Son travail qui étend le champ de l’architecture entre le physiologique et le météorologique, a acquis une audience internationale dans le contexte du développement durable. En 2011, il est lauréat avec Catherine Mosbach & Ricky Liu du concours international pour le Parc Central de Taichung, un parc urbain à Taiwan de 70 hectares et de ses bâtiments qui est inauguré en avril 2020. En 2017, avec Nicolas Dorval-Bory, il remporte le concours de l’aménagement de l’Agora de La Maison de la Radio (Radio-France) à Paris, en cours d’étude. En 2019, avec OMA, il est lauréat du projet de réaménagement urbain du quartier de Farini de 62 hectares à Milan en Italie, en cours d’étude. Il a enseigné entre autres à Princeton, Harvard et Columbia University depuis 2010, à Cornell aujourd’hui. Il a été invité à de nombreuses biennales d’architecture, entre autres à Venise en 2002 et 2008, en 2017 aux biennales de Séoul et Chicago ou en 2019 à Sharjah. Son livre le plus récent est « Le jardin météorologique » paru aux Éditions B2 en 2019 en France.

Ses publications sur AOC

jeudi 10.09.20

Opinion

Glissement climatique : quel avenir pour les villes face aux canicules ?

par

Même dans le cas où nous parviendrions à limiter les futures émissions de gaz à effet de serre, en 2100 Paris sera le Bastia de 2020 et Lyon deviendra Tanger. Face à ces modifications géographiques et climatiques profondes, l’histoire nous montre les trois réponses qui ont traditionnellement été apportées et que l’on voit déjà commencer à se mettre simultanément en place de nouveau aujourd’hui. Entre réadaptation radicale des principes urbains et architecturaux, transition que l’on espère rapide des énergies fossiles vers les énergies renouvelables, et migrations vers des lieux plus favorables.

mardi 10.03.20

Opinion

Coronavirus ou le retour à la normale

par

Si pendant cinquante ans les antibiotiques, les vaccins et le pétrole nous ont sortis de notre condition naturelle, ils nous ont aussi ôté la conscience de la matérialité de notre existence. L’épidémie de coronavirus et le réchauffement climatique participent d’un « stupéfiant retour du réel » qui impose de repenser notre rapport à l’environnement.