C Critique

Poésie

TXT, retour d’une revue qui hait (toujours) la poésie

Journaliste

Revue d’avant-garde de la fin des années 1960 au début des années 1990, TXT renaît fidèle à elle-même, en lutte contre le kitsch du paysage littéraire, plaidant pour une poésie matérialiste, extravagante et subversive. La revoilà donc, avec une même énergie motrice qui ne peut laisser le lecteur passif : la haine de la poésie pour une expérimentation sans illusion lyrique.

À l’instar d’un vieux groupe de rock’n’roll, les membres de la revue TXT se reforment. Consacrée à la poésie, elle fut l’un des pôles les plus actifs de l’avant-garde littéraire de la fin des années 1960 à l’orée des années 1990. La voici qui renaît. Titre opportun de cette nouvelle livraison : « Le Retour ». Vingt-cinq ans après le précédent numéro, qui avait sonné l’arrêt de la revue, non définitif donc. Et cinquante ans après Mai 68, le symbole n’est pas anodin.

La plupart des contributeurs de l’époque sont toujours là. En particulier ceux qui, dès les débuts, figuraient aux sommaires et participaient au comité de rédaction : Philippe Boutibonnes, Eric Clémens, Jacques Demarcq, Alain Frontier, Pierre Le Pillouër, Valère Novarina et Jean-Pierre Verheggen. Leader du groupe, en tout cas volontiers porte-parole de la revue, Christian Prigent en est aussi le co-fondateur, avec Jean-Pierre Steinmetz, qui a, depuis, rejoint d’autres rives poétiques.

Hormis Yves Froment, décédé, ceux qui manquent à l’appel sont finalement peu n...

Christophe Kantcheff

Journaliste, Critique