C Critique

Cinéma

Jean-Luc Godard : un essai revisite la période mao

Journaliste

Dans un essai riche et précis, David Faroult saisit l’œuvre de Jean-Luc Godard dans son moment le plus politique. Chaque film de cette période est abordé et historicisé pour mieux en cerner les inventions et les intentions. Comment mettre le cinéma au service de la révolution ? Comment réaliser un cinéma ouvrier ? Autant de questions qui traversent le réalisateur et le livre mais toujours d’un point de vu cinématographique. Car il reste que Jean-Luc Godard, ne quittant jamais les rives du cinéma, appréhende les années 68 ni en activiste, ni en théoricien mais en artiste.

Comme pour Picasso, il est possible de distinguer des « périodes » dans le parcours de Jean-Luc Godard, bien que s’y inscrivent aussi des lignes de cohérence. L’une d’elles tourne autour des années dont Mai 68 est l’épicentre, qui ont vu le cinéaste opter pour le marxisme, se ranger politiquement du côté de l’extrême gauche, et mener une réflexion pour mettre en résonance révolution et cinéma. C’est sur cette période, lors de laquelle le cinéaste se montre très productif, que David Faroult, maître de conférences en cinéma à l’Ecole nationale Louis-Lumière, a choisi de porter son travail de chercheur, dont le livre qu’il publie est le fruit longuement mûri : Godard, Inventions d’un cinéma politique. Même si les films de cette époque – ...

Christophe Kantcheff

Journaliste, Critique