C Critique

Cinéma

L’ambivalence de Clint Eastwood – à propos de The Mule

Sociologue

Les jokes constituent le fil conducteur de The Mule, le nouveau film de et avec Clint Eastwood. Et il n’est pas certain que le public, en particulier le public jeune et le public international les saisissent toutes. Le cœur de ces plaisanteries porte sur la question des relations ethno-raciales. L’expérience de visionnage dans trois pays différents laisse penser que l’interprétation est entièrement laissée au travail du spectateur, maintenant une ambiguïté qui ne sera pas levée au cours du film.

Sorti en décembre aux États–Unis et fin janvier en France, le dernier film de Clint Eastwood est, comme la plupart de ceux de son auteur, un succès mondial. On n’avait pas vu l’acteur à l’écran depuis 2012 (Trouble with the curve, de Robert Lorenz, où il jouait le rôle d’un vieil agent de joueurs de base-ball en train de perdre la vue). Sa précédente apparition dans un film dont il était le metteur en scène remonte à une dizaine d’années : Gran Torino était déjà centré sur le personnage d’un vieil homme, ancien combattant de la guerre de Corée aux prises avec un gang d’immigrés Hmong. Le scénario associait de manière habile le thème du vieillissement masculin, présent depuis longtemps dans le travail d’Eastwood, et une description distanciée de l’état de la société états-unienne, particulièrement sous le rapport des relations ethniques. Le scénariste de Gran Torino, Nick Schenk, est le même que celui de la Mule, et les deux films présentent de nombreuses similarités.

publicité

Eastwood revient ici su...

Jean-Louis Fabiani

Sociologue, Directeur d'études à l'EHESS