C Critique

Littérature

Sillitoe retrouvé – relire Samedi soir, dimanche matin

Professeur de littérature anglaise

Dix ans après sa mort, Alan Sillitoe nous revient, plus libre et tonique que jamais. Son ouvrage culte, Samedi soir, dimanche matin, paru en 1958, ressort en français, excellemment traduit par Henri Delgove. D’une colère, d’une insoumission, l’autre : le moment semble aujourd’hui bien choisi pour relire un ouvrage qui annonçait mai 1968 et aura alimenté en ferments de contestation et occasions de clash l’ensemble de la scène culturelle.

Ce premier roman largement autobiographique, c’est un « jeune homme en colère », un Angry Young Man, qui le signe. Natif de Nottingham, cet autodidacte avait quitté l’école à 15 ans, pour travailler dans l’usine de cycles Raleigh. Deux ans auparavant, John Osborne avait défrayé la chronique avec sa pièce Look Back in Anger (La paix du dimanche) : l’ouvrier Jimmy Porter y balançait une bombe à peine figurée contre les pouvoirs en place, accusés de tous les maux.

publicité

Cependant, Alan Sillitoe ne se sent aucunement solidaire de cet ancien bon élève issu de la classe moyenne, et c’est très loin des rivages de l’Angleterre qu’il s’essaye à l’écriture. Assis sous un oranger à Alicante, regardant Nottingham « en tenant ses jumelles à l’envers », il se voit comme un exilé, ne sentant nullement appartenir à la classe ouvrière, « ni à aucune classe, d’ailleurs », ainsi qu’il le confiait à Christine Jordis, en 1987.

Ouvrier-tourneur, le personna...

Marc Porée

Professeur de littérature anglaise, École Normale Supérieure (Ulm)