E Entretien

Cinéma

Jim Hoberman : « Le cinéma fait partie d’un système bien plus large, le système des images »

Critiques

Examiner la politique américaine à travers le prisme du cinéma, et réciproquement : les ouvrages de Jim Hoberman, critique et théoricien du cinéma américain, soulignent l’entrelacement entre la production cinématographique, notamment hollywoodienne, et la création de récits politiques. Cette relation privilégiée connaît actuellement des changements profonds : alors que Daech s’inspire des films hollywoodiens, que le mouvement MeToo entraîne la chute d’Harvey Weinstein et que Donald Trump incarne la victoire de la téléréalité en politique, Hollywood et le cinéma sont à la recherche d’une contre-narration.

Publicité

La veille de notre entretien, le journaliste, critique et théoricien du cinéma Jim Hoberman nous montrait l’extrait du film propagandiste Stand Up And Cheer !, réalisé en 1934 : le président des États-Unis y nomme Laurence Cromwell, un producteur de spectacles à Broadway, au poste de secrétaire de la distraction, afin de remobiliser une population écrasée par la Grande Dépression. Aujourd’hui, c’est le président américain Donald Trump, ancien producteur et animateur de l’émission de téléréalité The Apprentice, et « twitteur » compulsif, qui s’est octroyé la fonction d’entertainer gouvernemental. Jim Hoberman a exploré ces croisements entre la production cinématographique américaine, notamment les films holly...

Florence Loève et Dork Zabunyan

Critiques, Journaliste à AOC et Professeur en études cinématographiques à l'Université Paris 8