O Opinion

Société

L’éthique de la survie et l’esprit du capitalisme post-soviétique

philosophe, sociologue, auteur

Le XXème siècle a successivement valorisé la figure du héros, de la victime et du survivant. Une « éthique de la survie » a ainsi vu le jour qui domine désormais des sociétés capitalistes auxquelles ne s’oppose plus aucune illusion égalitaire. Au risque de valoriser toute forme d’individualisme, jusqu’au moins démocratique.

publicité

N’importe quel sexagénaire européen peut aujourd’hui témoigner d’une évolution remarquable dans la galerie des modèles que nos sociétés donnent en exemples aux jeunes générations. Notre sexagénaire a encore connu en effet durant son enfance le culte des héros de la Seconde Guerre mondiale, les fiers résistants, patriotes ou antifascistes, vainqueurs, aux prix d’innombrables sacrifices, de la bête immonde. Adolescent, il a vu ce culte s’effriter et, après une brève vague d’anti-héros – incarnés souvent par des soldats américains défaits au Vietnam –, il a assisté à l’avènement des victimes, incarnées cette fois dans la figure des victimes de la Shoah. L’engagement pour une cause – communiste ou nationaliste – cessait d’être admirable, bien au contraire. C’est ce qui vou...

Jean-Michel Chaumont

philosophe, sociologue, auteur, Professeur à l'université catholique de Louvain, chercheur au FNRS