O Opinion

Politique

Des chiffres et des lettres : réformes actuelles et maux du New Public Management

Politiste

Sous couvert d’apolitisme, de pragmatisme et de rationalisation, c’est bien une idéologie qui gouverne les multiples réformes mises en œuvre par le pouvoir exécutif. Une idéologie, déjà ancienne, qui tient dans les trois lettres de l’acronyme NPM, pour New Public Management et dont la version la plus récente déployée en France se nomme « Action publique 2022 ». Ou comment « réformer l’Etat » en le faisant définitivement basculer dans l’univers des chiffres et des lettres du secteur privé.

La sempiternelle quête de rentabilité, le culte de la donnée, de plus en plus connecté à la machine, alimentent notre désir de vitesse. Dans un contexte de raréfaction des ressources et d’accroissement de la défiance citoyenne, nos sociétés politiques contemporaines mesurent en continu. Palmarès, classements, notation et systèmes de management en tout genre fleurissent : une véritable fièvre quantophrénique. C’est l’avènement du chiffre sensé guider le gouvernant et rassurer le gouverné. Le chiffre emporte adhésion, il clôt le débat. C’est la réduction des déficits, la course pour un point de croissance ou la baisse drastique du nombre de fonctionnaires.

Publicité

Il est hautement symbolique et illustratif d’entendre la rhétorique du management, les anglicismes modernisateurs dans la bouche du ...

Nicolas Matyjasik

Politiste, maitre de conférence associé à Sciences Po Lille