O Opinion

Politique

Une crise de la parole

Directeur du Théâtre de la Bastille

La parole politique semble, plus qu’avant, être traversée de fake news, de théories complotistes, de rumeurs infondées, de doubles discours, si cet élan sophiste n’est pas neuf, il incarne une crise de la parole. Et lorsque la réalité des faits s’absente et que la parole qui les rapporte divague, que cela signifie-t-il de l’état de la démocratie, avant toute chose régime de parole ? Être démocrate n’est-ce pas porter une attention totale à une juste répartition de la parole ?

Lorsqu’un responsable politique appartenant au Rassemblement National se trouve devant un contradicteur qui lui met devant les yeux que son affirmation précédente est un mensonge et non un fait, il répond : c’est mon opinion. C’était à propos des accords de Marrakech et c’est rapporté au cours de l’émission « C’ à dire » que je n’ai pas de raison de remettre en question.

Publicité

Lorsque Laurent Wauquiez affirme devant les étudiants de l’école de commerce EM Lyon que ce qu’il dit à la télévision est « bullshit », on s’en émeut, mais on passe. Et lui continue à parler. Les réseaux sociaux sont envahis de fake news, de ragots complotistes, de rumeurs énoncées sans preuves ni fondement. La réalité des faits s’absente. Et la parole qui les rapporte peut divaguer.

Jean-Marie Hordé

Directeur du Théâtre de la Bastille, Paris