O Opinion

Economie

Nos horizons politiques et économiques européens

Économiste

Les élections européennes viennent une nouvelle fois souligner la crise qui se joue, à l’échelle de l’Union, entre l’intentionnalité politique, déclarative, et l’in-intentionnalité de l’économique qui fait émerger des tendances que personnes n’a voulu. On n’a paradoxalement pas pris l’économie vraiment au sérieux. Il devient désormais urgent de rendre cohérents nos capitalismes, de les civiliser d’une manière compatible avec les équilibres politiques internes à chaque pays.

La campagne pour les élections européennes a peiné à mobiliser en France, tout comme les programmes à convaincre. On a l’impression que, face à la crise profonde de l’Europe, qui est le sujet de cet article, le rempart a été l’affirmation des valeurs. Des candidats ont essayé de récolter le fruit des colères sociales, d’autres ont choisi des racines culturelles pour en faire un projet collectif. On a donc beaucoup parlé de fruits et légumes, ce qui n’est pas sans relation avec la crise écologique heureusement reconnue par tous.

publicité

Le résultat des partis écologistes souligne en effet la recherche d’horizons plus vastes que les seuls débats nationaux, pour inclure la biodiversité, le climat et les générations futures. Ce retour aux valeurs peut être perçu comme un moment nécessaire de rassemblement autour d’une base solide pour construire le projet européen. On peut être plus pessimiste et y voir la quête de repères communs quand on ne sait plus la direction qu’il faut prendre.

La déclarat...

Xavier Ragot

Économiste, Président de l'Observatoire Français des Conjonctures Économiques (OFCE), Directeur de recherche au CNRS, Professeur en économie à Sciences Po