O Opinion

Immigration

Vers une éthique du sauvetage

Politiste

La condamnation par Matteo Salvini de Carola Rackete, capitaine d’un navire humanitaire arrêtée par les autorités italiennes en juin, pose de toute urgence la question d’une éthique de sauvetage. Alors que la mort de migrants ne cesse de tragiquement rythmer l’actualité, qu’en est-il de la responsabilité de chacun vis-à-vis de la mort des autres ?

Entre 1961 et 1989, au moins 140 personnes sont mortes à la frontière entre Berlin Est et Berlin Ouest. En 2018 seulement, plus de 2260 migrants se sont noyés en Méditerranée. Des premiers on peut tout apprendre et aisément honorer la mémoire en passant quelques jours dans la capitale allemande. Il a fallu attendre mai 2018 pour que les noms des seconds soient publiés dans de grands journaux avec ceux des 34 361 personnes décédées en tentant de rejoindre l’Europe depuis 1993.

publicité

Si notre morale n’était qu’affaire de comptabilité – combien ici, combien là – la mise en parallèle de ces chiffres nous tendrait une image monstrueuse. Si elle n’était qu’une affaire de contexte – on ne peut pas comparer ce qui n’est pas comparable, les situations sont toujours si complexes –, on ne pourrait pas s’étonn...

Benjamin Boudou

Politiste, chercheur au Max Planck Institute for the Study of Religious and Ethnic Diversity (Göttingen)