O Opinion

Théâtre

Dans les plis du théâtre, la politique

Directeur du Théâtre de la Bastille

Là où le journaliste s’attache à rendre compte au plus près de ce qu’il voit, l’artiste cherche la « brèche » par laquelle le réel parle autrement, il ne manifeste aucune indifférence mais se met à distance. Le théâtre crée des situations pour construire des « relations » entre les gens, ces relations qui sont le principal sujet du théâtre, autrement dit : ne pas réduire l’Homme à être une fonction dans un système.

Cela résulterait d’une honnête indignation devant les multiples désastres du monde, guerres atroces, mer peuplée de morts, atteintes au climat, atteintes au corps de l’autre, ce désir qui traverse bien des consciences de contester en témoignant. Le théâtre se sent appelé; il lui semble que de son témoignage, sa légitimité dépend.

publicité

Il lui faut rendre compte non seulement de la réalité mais de son horreur. Chacun est envahi par les images du monde, la conscience morale étouffe et hurle son manque à respirer. Être contemporain revient ainsi à ne rien omettre de l’actualité ; les dernières nouvelles deviennent le matériau légitime de la création. Ainsi se dirait la présence politique du théâtre, l’affirmation de sa lucidité, de sa participation à la légitime révolte des indignés, ainsi se détacherait-il de la futilité d’innocentes histoires. L’intensité de l’oeuvre, ...

Jean-Marie Hordé

Directeur du Théâtre de la Bastille, Paris