O Opinion

Politique

L’énigme cédétiste : grandeur et dépendance d’une entreprise syndicale

Politiste

Les positions de la CFDT sur la réforme des retraites, et sa connivence tactique avec le gouvernement sur la question de l’âge pivot, manifestent une fois encore l’abîme existant entre la tête syndicale et son corps adhérent. Ce gouffre n’a pourtant rien d’étonnant pour qui se penche sur l’histoire et le fonctionnement de la confédération, et permet d’énoncer quelques hypothèses.

Comment une organisation syndicale représentant les salariés peut-elle œuvrer ouvertement contre l’intérêt des salariés ? Cette singulière question, beaucoup d’observateurs se la seront posée en raison du soutien apporté par la CFDT à la casse du système de retraite par répartition, engagée par le gouvernement d’Édouard Philippe.

publicité

La mise en œuvre d’un système substitutif, « à points », serait d’ailleurs en partie l’œuvre de la confédération et des intellectuels qui gravitent autour d’elle. Quant à la connivence tactique avec le gouvernement autour de la pseudo-question de l’âge pivot afin de diviser le mouvement social et d’endiguer la contestation populaire, elle ne cesse en effet d’étonner, tant cela paraît contredire la raison d’être d’une organisation syndicale et aller à l’encontre de l’intérêt des salariés.

Le phénomène n’est pourtant pas nouveau si l’on s...

Stéphane Olivesi

Politiste, Centre d’Histoire Culturelle des Sociétés Contemporaines