O Opinion

Société

De l’ADN vers l’ARN social : du dangereux usage des métaphores

Biologiste

Support de l’information génétique, l’ADN est devenu une métaphore sociale, fondamentalement conservatrice, pour désigner soit l’essence d’une institution, soit son héritage supposé. Mais cet « ADN social » ne risque-t-il pas, à la faveur de la mise sur le marché des nouveaux vaccins contre la Covid-19, d’être remplacé par l’« ARN social » ? Molécule flexible, agile et itinérante, l’ARN symbolise mieux les dispositions psychologiques valorisées par un modèle managérial qui associe la flexibilité à l’innovation au service de la compétitivité.

L’ADN n’est plus l’apanage du vivant. Ce long ruban fait de deux brins entrelacés sous forme d’hélice qui constitue le support de l’information génétique a été identifié dans des entités aussi différentes que des marques commerciales, des entreprises, des partis politiques et même certains États.

publicité

Si l’ADN est devenu une figure fréquente des discours, c’est d’abord parce que le grand public s’est familiarisé avec les applications permises par son analyse. C’est le cas des tests ADN utilisés en matière de justice pénale, dans la recherche de paternité, le dépistage des maladies héréditaires e...

Marc Billaud

Biologiste, Directeur de recherche au CNRS, Centre de recherche en cancérologie de Lyon, Département Sciences Humaines et Sociales