A Analyse

International

Le Labour face au Brexit ou la quadrature du cercle

Politiste

C’est une semaine cruciale pour le Brexit avec une série de votes à la Chambre des Communes. Outre-Manche, la situation politique très incertaine n’affecte pas que la majorité, et l’opposition travailliste est souvent critiquée pour son indécision. On pourrait cependant voir dans les multiples revirements de Jeremy Corbyn une stratégie élaborée visant à faire apparaitre le Labour comme un parti pragmatique prêt à gouverner quand les conservateurs sont enfermés dans l’idéologie du leave.

Alors que la date annoncée de sortie du Royaume-Uni de l’Union Européenne approche à grand pas, l’incertitude règne tant du côté du gouvernement conservateur que de son opposition travailliste. Tandis que le premier ne parvient pas à trouver un accord avec les 27 commandant une majorité à la Chambre des Communes, le Cabinet Fantôme de Jeremy Corbyn semble encore hésitant dans sa réponse. Dans un contexte changeant au jour le jour, la position officielle du parti ne cesse d’osciller entre Brexit a minima avec participation à l’Espace Économique Européen, et second référendum avec campagne en faveur d’un maintien dans l’UE.

publicité

Mais derrière cette apparente indécision se cache en réalité une stratégie élaborée – et risquée – de gestion des intérêts divergents qui mettent profondément en danger la cohésion du Labour. En effet le Brexit a activé dans le parti une multitude de clivages dont les contours ne correspondent pas aux disputes habituelles entre factions établies. Pour comprendre la position du Labour il convient donc avant tout de saisir à quel poi...

Clément Claret

Politiste, Doctorant au Centre d'études européennes et de politique comparée de Sciences-Po