A Analyse

Politique

L’ENA se meurt, l’État demeure

Politiste

Lors de sa récente conférence de presse, le président de la République a confirmé une information qui circulait depuis quelque jour : sa décision de supprimer l’Ecole Nationale d’Administration. Il a même précisé vouloir également supprimer les « grands corps » de l’Etat. Comment comprendre une telle décision, prise par un énarque membre de l’Inspection des Finances ?

Après des « fuites » concernant l’allocution présidentielle annulée du lundi 15 avril, pour cause d’incendie de Notre-Dame, qui avait accrédité la rumeur selon laquelle le Chef de l’Etat entendait, entre autres mesures tirant les conclusions de la séquence des Gilets jaunes et du Grand Débat, annoncer la « suppression » de l’Ecole nationale d’administration, le Président a confirmé cette décision dans sa conférence de presse, y ajoutant même la volonté de « supprimer les grands corps », formule qui n’est pas sans ambiguïté. Il y a là une décision qui peut surprendre de la part d’un président lui-même passé par l’ENA avant d’en sortir dans « la botte » (parmi les premiers) et de pouvoir ainsi accéder à l’Inspection générale des finances, qui est un des trois grands corps administratifs de l’Etat (avec le Conseil d’Etat et la Cour des Comptes).

Pratiquant depuis un quart de siècle une observation au long cours, à la fois ethnographique et critique, de l’ENA et des énarques, des administrations centrales de l’Etat et des sommets de l’Exécutif, quels éléments d’intellection supplémentaire et de remise en perspective, par-delà les polémiques du jour, peut-on ici proposer aux lecteurs ?

Jean-Michel Eymeri-Douzans

Politiste, Professeur de science politique à Sciences Po Toulouse