Ysé Sorel

Critique

Ysé Sorel est élève en philosophie et en arts à l’École Normale Supérieure. Ses recherches, à la croisée de l’éthique et de l’esthétique, porte sur la représentation de la violence et des crimes de masse. Elle s’interroge plus particulièrement sur la manière dont le cinéma et le théâtre peuvent être des dispositifs pour interroger les héritages traumatiques, à travers notamment la forme du re-enactment. Elle a par ailleurs collaboré en tant que dramaturge et assistante à la mise en scène avec Cyril Teste, Yves-Noël Genod ou encore César Vayssié, et a réalisé son premier-long métrage, Nostos Algos, en 2017. Critique pour la Gazette I/O, elle fait également partie de l’équipe d’AOC.

Ses publications sur AOC

samedi 14 .07

Entretien

Christian Lutz : « Mes photos relèvent de l’appropriation du réel »

par Ysé Sorel

Qu’il s’agisse des déplacements du ministre de l’Intérieur suisse, d’individus en perdition à Las Vegas, du commerce du pétrole au Nigéria ou d’une communauté évangéliste, les séries photographiques de Christian Lutz sont construites comme des narrations et séduisent autant par leurs qualités formelles que par l’acuité du regard que le photographe pose sur un monde dont il entend révéler les « dysfonctionnements ». Rencontre à la faveur d’une exposition à la Collection Lambert d’Avignon, et dans le cadre des Rencontres d’Arles.

mercredi 11 .07

Critique

La Reprise de Milo Rau ou le spectateur aux prises avec la violence

par Ysé Sorel

Avec La Reprise, présenté au Festival d’Avignon avant de tourner à travers le monde, le metteur en scène suisse Milo Rau n’entend plus seulement « représenter le réel » mais « rendre la représentation réelle ». Un spectacle poignant qui, à partir d’un fait divers, interroge notre rapport à la violence, et les limites du théâtre.

samedi 02 .06

Entretien

Anna Tsing : « Je pars d’un constat : nous vivons dans les ruines du capitalisme. »

par Ysé Sorel

Et si l’on étudiait le capitalisme, ses évolutions et ses impasses, à travers un champignon ? Tel est le pari d’Anna Lowenhaupt Tsing, anthropologue américaine et autrice d’un des ouvrages de sciences sociales les plus remarqués de ces dernières années, Le champignon de la fin du monde. La précarité étant la condition de notre temps, il s’agit alors pour elle de s’intéresser aux « arts de vivre sur une planète abîmée ».

samedi 19 .05

Entretien

Maria Kourkouta & Niki Giannari : « Le désir des réfugiés d’être en mouvement nous met en mouvement »

par Ysé Sorel

Dans Des spectres hantent l’Europe, Maria Kourkouta et Niki Giannari répondent à l’urgence de témoigner. Elles cherchent, avec ce film sorti mercredi en salle, à rendre compte de la vie des réfugié·e·s au camp d’Idomeni : nous sommes en mars 2016, la Macédoine a décidé de fermer la frontière, près de 15 000 personnes sont bloquées. Les trains et le temps passent, les hommes et femmes s’arrêtent, et piétinent dans l’attente. Face à cette impasse, la caméra se pose et les mots s’imposent.

samedi 31 .03

Entretien

Phia Ménard : « Le patriarcat, c’est une association de malfaiteurs. »

par Ysé Sorel

Artiste éclectique et trans, Phia Ménard est une figure singulière dans le paysage culturel français. Explorant les questions d’identité, notamment de genre, et de transformation, ses spectacles donnent lieu à des corps-à-corps avec la matière et jettent le trouble sur les idées trop sédimentées, s’attaquant au patriarcat. Sa pièce Les Os noirs est présentée au Montfort -Théâtre de La Ville, à Paris.