A Analyse

Société

Sait-on réellement de quoi l’on parle lorsque l’on parle de « handicap » ?

Sociologue

À partir des années 1960-1970, le terme « handicap », issu de l’anglais (hand in cap), se diffuse au sein du langage courant en France. S’il est aujourd’hui associé à la conviction d’une déficience biologique et médicale, l’analyse sociologique révèle que le « handicap » recouvre avant tout une réalité politique et sociale : il met en difficulté la logique d’un fonctionnement institutionnel.

Aujourd’hui, le plus grand nombre mobilise le terme « handicap » avec le sentiment de l’évidence partagée. Chacun d’entre nous sait, ou croit savoir, de quoi il parle lorsqu’il utilise le terme. Et cette évidence est inséparable de la conviction que si le handicap renvoie bien, dans une certaine mesure, à un problème de société (au vivre ensemble), il n’en reste pas moins avant toute chose une réalité de nature médicale et biologique (biomédicale) indiscutable.

La recherche sociologique (en croisant histoire de la catégorie, analyses statistiques et observations des pratiques concrètes) met pourtant à mal l’ensemble de ces certitudes. Le handicap apparaît à l’analyse comme une invention politique et bureaucratique qui ne s’appuie sur aucun fait biomédical mais sur un ensemble de mécanismes sociaux liés au fonctionnement de nos grandes institutions sociales et à leur régulation.

Plus concrètement, ce que montre l’analyse sociologique, c’est que le terme « handicap » désigne en réalité toute personne dont la manière d’être et/ou de faire conduit à remettre en question le fonctionnement ordinaire d’une ou plusieurs de nos institutions, et que cette manière peut le cas échéant être lié à une différence biomé...

Romuald Bodin

Sociologue, maître de conférences en sociologie