C Critique

Art

Le clos et l’ouvert – sur Enclosure de Rachel Rose à Arles

Journaliste et critique

Avec Enclosure, partie prenante des Rencontres de la photographie qui viennent d’ouvrir leurs portes à Arles, la Fondation Luma présente une artiste dont la valeur n’a pas attendu le nombre d’année de carrière, et qui promet d’être majeure dans le monde de l’art. Avec cette installation vidéo immersive, Rachel Rose s’intéresse aux prémisses de la modernité et du capitalisme dans l’Angleterre du 17e siècle, et propose une œuvre aussi superbe que déroutante.

Vu depuis la rive du Rhône qui lui fait face, le chapelet de clochers de l’antique ville d’Arles s’égrène avec une sage harmonie, jusqu’à ce qu’un reflet frappe l’œil : une spirale de verre, suivant sa ligne serpentine, jaillit comme un poisson étincellant hors de l’eau. C’est la tour, signée Frank Gehry, dont le point final est prévu pour l’an prochain. Elle trône et veille sur le parc des anciens ateliers de la SNCF, qui furent longtemps le bassin d’empois principal de la région.

Publicité

La symbolique est forte : si le salut ne vient plus des cieux vides, ni des caisses publiques, elles aussi de plus en plus vides, il pourrait provenir de ce campanile laïc, qui a poussé dans les ruines du capitalisme industriel. Phare d’un projet pharamineux déployé par la Fondation Luma, il donne un éclat moderne au paysage arlésien, aux côtés des vestiges antiques inscrits au patrimoine mondial de l’UNESCO.

Arles, bourgade de 50 000 habitants, n’en finit pas de surfer sur une vague hype arty : elle est deven...

Ysé Sorel

Journaliste et critique