O Opinion

Sport

Eddy Merckx à la trace : archéologie du geste parfait

Critique

En hommage au plus grand cycliste de tous les temps, celui qu’on appelait « le Cannibale », le Tour de France s’élance cette année depuis Bruxelles. L’occasion de se demander quelles traces laisse un coureur sur les routes du monde qui sont à tout le monde.

publicité
On appelle mains négatives, les peintures de mains trouvées dans les grottes magdaléniennes de l’Europe SubAtlantique. Le contour de ces mains – posées grandes ouvertes sur la pierre – était enduit de couleur. Le plus souvent de bleu, de noir. Parfois de rouge. Aucune explication n’a été trouvée à cette pratique.
Marguerite Duras

 

Le 06 juillet 2019, le Tour de France démarre de Bruxelles qui n’est pas une ville de France, en hommage au plus grand champion cycliste de tous les temps qui n’est pas français non plus – cinquante ans après sa première victoire dans l’épreuve, qu’il remporte en 1969 avec 17’54’’ d’avance sur le second, Roger Pingeon, coureur français d’une équipe française.

En dix ans, sur t...

Jean Cléder

Critique, Maître de conférences en littérature générale et comparée à l'Université Rennes 2