A Analyse

Sciences sociales

La ministre, la science et l’idéologie

Philosophe

En demandant au CNRS une enquête sur l’« islamo-gauchisme » à l’université, ce sont les sciences sociales que vise Frédérique Vidal, sous prétexte qu’elles seraient gangrénées par des idéologies. Mais faut-il rappeler qu’il y a des sciences sociales parce qu’il y a des idéologies ? Et que, si les sciences sociales ne se réduisent pas à un écho des idéologies, elles n’auraient à vrai dire aucun sens si elle ne se rapportaient pas à elles. En effet, il y a des sciences sociales parce qu’il y a des problèmes sociaux, et que ceux-ci sont traversés par des positionnements idéologiques.

Depuis quelques mois, et plus intensément depuis quelques jours, les sciences sociales sont attaquées. Le gouvernement les soupçonne de ne pas parvenir à se réguler par elles-mêmes, intérieurement, de se laisser gangréner au cœur de leur mission par des idéologies. En face, on rétorque que l’attaque est elle-même idéologiquement orientée, visant la mise au pas de savoirs dits « critiques », parce que produits de façon autonomes, à l’abri des injonctions des pouvoirs quels qu’ils soient. Cette ingérence, ajoute-t-on, est guidée par une conception erronée de la mission spécifique des sciences sociales, c’est-à-dire par un préjugé scientiste. S’y exprime un réflexe issu des sciences dures, ou naturelles (la ministre est biologiste de formation), compatible avec la reprise en main autoritaire et la sanction des supposées déviations.

publicité

Du côté du pouvoir, on réplique : le danger est réel dans ce genre de savoir, les sciences sociales n’ont-elles pas démontré, dans un passé réce...

Bruno Karsenti

Philosophe, Directeur d’études à l'École des hautes études en sciences sociales (EHESS)