Cécile Dutheil de la Rochère

critique, éditrice et traductrice

Cécile Dutheil de la Rochère est une ancienne élève de l’Ecole Normale Supérieure (Ulm-Sèvres) qui a commencé sa vie professionnelle chez Gallimard où elle fut, entre autres, éditrice pour la collection Découvertes-Gallimard et lectrice pour celle « Du Monde entier ». Elle a suivi ensuite d’autres rives qui l’ont menée vers la traduction et la critique littéraire (En attendant Nadeau et Le Monde des Livres).

Ses publications sur AOC

jeudi 30 .01

Critique

Une histoire de l’art inversée – sur Sergueï Eisenstein, L’Œil extatique au Centre Pompidou-Metz

par

À l’inverse du landau qui dévale l’escalier dans Le Cuirassé Potemkine, l’exposition retrospective consacrée à Sergueï Eisenstein fait machine arrière et ouvre la porte du musée intime d’un artiste total, dont les clichés restent parmi les plus retentissants de l’histoire du cinéma, fixant à jamais l’histoire se bouleversant peu à peu. Son œuvre est un lieu où converge toute l’histoire de l’art et c’est elle que le centre Pompidou de Metz expose.

vendredi 03 .01

Critique

Physique des corps et lutte ouvrière – à propos de Querelle de Kevin Lambert

par

La lutte des classes est une tragédie. Avec son deuxième roman, Querelle, le jeune romancier québécois Kevin Lambert nous livre une chronique sociale brutale, crue et engagée, dessinant un parallèle ingénieux entre l’homosexualité de son personnage et la force subversive des revendications ouvrières qui embrasent la scierie de Roberval. Rediffusion du 7 novembre 2019.

mardi 10 .12

Critique

Des vies rétives à l’histoire – sur Le Dossier sauvage de Philippe Artières

par

Philippe Artières ouvre Le Dossier sauvage comme une histoire contrefactuelle, celle d’un dossier imaginaire qu’aurait laissé le philosophe Michel Foucault, dont il fut un temps responsable des archives. Le livre propose une approche sensible de la figure du marginal, dont il n’omet aucune facette, aucune déclinaison : ni les femmes, ni les enfants, ni, plus près de nous, les zadistes, ou, plus loin de nous, les religieux.

jeudi 07 .11
vendredi 20 .09

Critique

Une vie à l’encre sympathique – sur l’exposition Adolfo Kaminsky

par

Faussaire génial, autodidacte, qui inventa des moyens quasi industriels de fabrication de faux papiers dès 1943, puis jusque dans les années 1970, Adolfo Kaminsky a sauvé des juifs, des porteurs de valises, et des militants de divers mouvements de libération nationale. On connaît moins, voire pas, l’œuvre photographique de cet homme profondément humaniste, et aujourd’hui âgé de 94 ans. Identité et falsification d’identité, vérité et secret, clandestinité et lumière : la vie mais aussi les photos de Kaminsky en témoignent. L’exposition au Musée d’art et d’histoire du judaïsme et le livre collectif Changer la donne lui rendent hommage.