Benjamin Lemoine

Sociologue, Chercheur au CNRS

Benjamin Lemoine est sociologue, chercheur CNRS et à l’Institut de recherche interdisciplinaire en sciences sociales (IRISSO – Université Paris Dauphine, PSL). Après avoir étudié la mise en marché de la dette publique française et ses effets sur le débat public contemporain, ses recherches portent désormais sur le droit des transactions économiques entre États et investisseurs financiers. Il s’intéresse à la façon dont la souveraineté est reconfigurée par la finance globale et son infrastructure juridique. Il est l’auteur de L’Ordre de la dette. Enquête sur les infortunes de l’État et la prospérité des marchés, La Découverte, 2016.

Ses publications sur AOC

mardi 30.06.20

Analyse

Annuler la dette des pays du Sud, pour que rien ne change ?

par et

Au-delà des solutions d’urgence visant à réactiver la pompe au financement de marché, la crise économique mondiale qui s’annonce offre l’occasion de remettre en question l’aliénation structurelle des États aux marchés financiers internationaux. Un détour par l’histoire enfouie de l’architecture économique internationale fait rejaillir les alternatives à un ordre financier mondial qui gouverne désormais certains États dominés à la façon d’entités commerciales banalisées.

mardi 31.12.19

Analyse

Les conséquences sociales de la dette : une insolente minimisation

par et

Les discussions autour des taux d’intérêt négatifs et de l’endettement demeurent focalisées sur des agrégats économiques abstraits et ignorent les conséquences sociales de la dette. Avec les outils de la sociologie, il est possible de mieux saisir l’articulation de la grande politique aux épreuves du quotidien. Et ainsi se demander si une bonne politique économique peut vraiment faire l’impasse sur les questions sociales qu’elle implique ? Rediffusion du 7 octobre 2019.

lundi 07.10.19

Analyse

Les conséquences sociales de la dette : une insolente minimisation

par et

Les récentes discussions autour des taux d’intérêt négatifs et de l’endettement demeurent focalisées sur des agrégats économiques abstraits et ignorent les conséquences sociales de la dette. Avec les outils de la sociologie, il est possible de mieux saisir l’articulation de la grande politique aux épreuves du quotidien. Et ainsi se demander si une bonne politique économique peut vraiment faire l’impasse sur les questions sociales qu’elle implique ?