Emmanuelle Pireyre

Écrivaine

Emmanuelle Pireyre est auteur de plusieurs textes diffusés sur France Culture. Elle à également publié plusieurs livres : Congélations et décongélations et autres traitements appliqués aux circonstances (2000), et Mes vêtements ne sont pas des draps de lit (2001) aux Éditions Maurice Nadeau, Comment faire disparaître la Terre ? en 2006 aux Éditions du Seuil, Féerie générale aux Éditions de l’Olivier, qui a reçu le prix Médicis en 2012 et plus récemment Chimère, aux Éditions de l’Olivier.

Ses publications sur AOC

mercredi 17.02.21

Critique

Détournement de parole – sur Parle, suivi de Tais-toi de Noémi Lefebvre

par

Les deux titres en vis-à-vis ont tout l’air d’un pied de nez : Parle et Tais-toi. Double injonction contradictoire, à travers laquelle Noémi Lefebvre met en scène sa propre parole tout en la mettant en crise, comme elle a pu le faire dans d’autres livres ou dans ses brèves vidéos postées sur YouTube. Car la parole est ainsi, retorse et emportée par des forces en général immaîtrisées : on doit parler, mais on ne veut pas ; on veut parler, mais on se tait ; on veut dire une chose, et on en dit une autre.

mercredi 01.01.20

Opinion

Crise de la parole, maladie de la langue

par

Nous sommes portés à croire qu’au fur et à mesure que la réalité se trouve masquée par des figures de styles visant à la dissimuler, les esprits de notre temps se fixent sur une distorsion de la langue qui la condamne. Mais au fur et à mesure que les discours du gouvernement feignent de refléter les réalités sociales, le mouvement des Gilets jaunes se dresse contre le théâtre présidentiel armé de ses faux airs de compassion, en reprenant la parole décrivant leurs propres représentations. Rediffusion du 16 septembre.

lundi 16.09.19

Opinion

Crise de la parole, maladie de la langue

par

Nous sommes portés à croire qu’au fur et à mesure que la réalité se trouve masquée par des figures de styles visant à la dissimuler, les esprits de notre temps se fixent sur une distorsion de la langue qui la condamne. Mais au fur et à mesure que les discours du gouvernement feignent de refléter les réalités sociales, le mouvement des Gilets jaunes se dresse contre le théâtre présidentiel armé de ses faux airs de compassion, en reprenant la parole décrivant leurs propres représentations.