C Critique

Littérature

Genet, Jean, Marcel, matricule 192.201

Écrivain

Plus encore qu’un essai biographique ou d’interprétation, le livre très personnel d’Emmanuelle Lambert, Apparitions de Jean Genet, est une sorte d’hommage à la beauté possible des archives et à leur puissance d’évocation, quand il s’agit de rêver la vérité d’un poète à partir de ses traces, fragmentaires, éparses, émouvantes.

Apparitions de Jean Genet est un livre original et passionnant, qui d’abord agace un peu, avouons-le, lorsque dans le premier chapitre – « La boule » – son auteure pose sa voix, cherchant l’équilibre entre sa vie et les visions qu’elle va donner de Jean Genet, à travers une sorte de quête en fragments, d’archive en archive, à la recherche toujours fuguée d’une révélation à venir et jamais là, à l’image de l’écrivain aimé. Emmanuelle Lambert, que l’on connaît pour ses travaux sur Alain Robbe-Grillet, entre autres, et qui a consacré une thèse au théâtre de Genet, commence en effet par raconter comment elle a découvert l’auteur des Bonnes, en marge de l’école, par hasard, à 20 ans, à la faveur d’une simple édition de poche : choc immédiat, « boule » au ventre, début d’une passion qui la mène à l’étude, à l’université, et boucle qui se boucle, la boule abolie avec ce livre, peut-être, quand on lui propose, vingt ans plus tard, en 2016, l’organisation d’une exposition au MUCEM de Marseille, sous le beau titre de « L’échappée belle ».

Fabrice Gabriel

Écrivain, Critique littéraire