C Critique

Littérature

Philippe Vasset ou la littérature à la recherche de l’espace perdu

Géographe

Dans Une vie en l’air, Philippe Vasset relate son appropriation d’un espace exceptionnel : les ruines de l’aérotrain qui courent au nord d’Orléans. Peu à peu, comme l’auteur rend à ce lieu abandonné toute sa poésie, il se trouve hanté, envahi par le monorail futuriste qui lui inspire un texte puissant sur le thème de l’habitation du monde.

Publicité

Avec Une vie en l’air, Philippe Vasset livre le récit captivant d’une possession : on y entend donc la voix singulière d’un possédé, mu, parfois à son corps défendant, par une étrange passion – il se consume pour l’ancienne ligne de l’aérotrain, qui court sur quelques kilomètres de plaine Beauceronne, entre Orléans et Paris.

Il n’est sans doute pas inutile de rappeler ce que fut ce transport monorail futuriste, conçu par un ingénieur fort créatif,  Jean Bertin – et ses équipes.  Le véhicule, circulant sur un rail aérien, glissait, propulsé par une turbine, sur un coussin d’air et devait pouvoir atteindre 500 km/h – un des prototypes franchit les 420 km/h. Pur produit de l’ingénierie à la française – celle persuadée de détenir des solutions techniques permettant de résoudre parfaitement tout problème...

Michel Lussault

Géographe, Professeur à l’Université de Lyon (École Normale Supérieure de Lyon) et directeur de l’École urbaine de Lyon